Le diagnostic d’AMIANTE

Le diagnostic d’AMIANTE

L’amiante a été abondamment utilisé dans plusieurs secteurs industriels sans doute à cause de ses caractéristiques telles que la résistance à certains éléments comme la chaleur, l’électricité. Ce produit est à la base de nombreux matériaux de construction et d’entretien des bâtiments. A titre non exhaustif on cite le ciment, le mortier à base de plâtre, les colles, le mastic, les peintures…

Mais son utilisation massive dans le secteur BTP entre les années 1960 et 1980 n’étaient pas sans risque. D’abord les ouvriers qui étaient en contact direct avec des produits à base d’amiante ont développé des maladies chroniques très graves à savoir des troubles respiratoires aigus, des troubles digestifs, et surtout des cancers mortels suite à l’inhalation de ses fibres.

Ensuite, l’autre population exposée et ce jusqu’à ces jours est celle des habitants de ces logements bourrés de ce poison mortel. C’est pourquoi en dépit de son interdiction, il fallait absolument qu’il fasse l’objet d’un diagnostic et qui plus est lors de la vente du bien immobilier tant l’amiante causé la mort de milliers de personnes. Il consiste à l’état de présence ou d’absence de ce produit dans l’habitat ciblé par l’expertise. En effet le diagnostiqueur immobilier engagé par le vendeur examine tous les recoins du bâtiment susceptibles d’abriter de l’amiante. Le rapport doit contenir les différents emplacements où il a été trouvé ainsi que les matériaux et les produits qui en sont composés et leur état de conservation. Concernant le cas particulier de la vente d’un appartement situé dans un immeuble ayant le statut de copropriété, le vendeur se doit de présenter 2 états amiante. Le premier cible naturellement le bien immobilier objet de la vente et particulièrement ses parties privatives (fenêtres, cloisons intérieures, volets, balcons…) et le second concerne les parties communes que la copropriété se charge d’effectuer. A défaut du second, le diagnostic amiante ne couvre que les parties privatives de l’appartement. Ainsi on peut être confronté au cas où l’amiante est absente de ce dernier mais présente à ses alentours.

Vu la dangerosité de l’amiante, le diagnostic immobilier visant à la détecter s’avère une garantie que les biens immobiliers vendus en sont exempts et ne constituent point des menaces sur la santé de leurs occupants.

En France, bien qu’un diagnostic de la mérule ne relève pas des diagnostics immobiliers obligatoires lors de la vente ou la location d’un bien immobilier, l’acheteur peut l’exiger du vendeur ou du bailleur d’une part si le logement se trouve dans un des 57 départements français à risque, d’autre part s’il soupçonne l’éventuelle présence de ce champignon en dépit de la difficulté de la prouver dans certains cas. Ces soupçons sont étayés par un manque d’aération, une forte humidité et un logement resté fermé longtemps. Ces conditions sont favorables à l’apparition et à la prolifération dudit champignon.En France, bien qu’un diagnostic de la mérule ne relève pas des diagnostics immobiliers obligatoires lors de la vente ou la location d’un bien immobilier, l’acheteur peut l’exiger du vendeur ou du bailleur d’une part si le logement se trouve dans un des 57 départements français à risque, d’autre part s’il soupçonne l’éventuelle présence de ce champignon en dépit de la difficulté de la prouver dans certains cas. Ces soupçons sont étayés par un manque d’aération, une forte humidité et un logement resté fermé longtemps. Ces conditions sont favorables à l’apparition et à la prolifération dudit champignon.